Groupe libertaire de la Fédération anarchiste.

Accueil > Réunions publiques > L’École de La Rue > « Et pourtant ils écrivent » : les écrivains anarchistes à la fin du XIXe siècle (...)

« Et pourtant ils écrivent » : les écrivains anarchistes à la fin du XIXe siècle en France

1ere séance du cycle « Littérature et anarchie ». Conférence et débat animés par Caroline Granier

samedi 20 septembre 2014, par le groupe

Dans quelle mesure existe-t-il une littérature anarchiste, durant l’apogée intellectuel et social que vécut le mouvement libertaire dans la première époque de la IIIe République, passée la proscription des communalistes ? Quelles en sont les thématiques, les problématiques, les contradictions ?

Caroline Granier présentera lors de cette conférence un panorama non exhaustif des écrivains anarchistes à la Belle Époque. Le contexte des attentats anarchistes à partir de 1892 favorise l’émergence de voix littéraires libertaires attentives à « aller droit à l’attentat futur » (Mallarmé). Attentat poétique certes, mais bien décidé à mettre à mal l’édifice social. Archives à l’appui, on découvrira ces auteurs si surveillés et la plume acérée jugée dangereuse par la police.

Une partie de cette conférence sera consacrée à la libertaire André Léo, romancière, journaliste et militante féministe. Moins médiatisée que sa camarade Louise Michel, son œuvre considérable reste encore mal connue.

Pistes de lectures pour préparer la conférence :

  • Caroline Granier, Les Briseurs de formules. Les écrivains anarchistes en France à la fin du XIXe siècle, Ressouvenances, 2008.
  • Alain Dalotel, André Léo, La Junon de la Commune, Associations des Publications Chauvinoises, 2004.