Groupe libertaire de la Fédération anarchiste.

Accueil > Réunions publiques > L’École de La Rue > La professionnalisation de la politique et la fermeture du champ (...)

La professionnalisation de la politique et la fermeture du champ politique

2e séance du cycle « Histoire et sociologie de la démocratie représentative »

samedi 7 février 2015, par le groupe

Ce cycle propose de revenir, selon une approche historique et sociologique, sur la façon dont le gouvernement basé sur la représentation du peuple s’est mis en place dans les sociétés industrielles développées, en prenant comme exemple principal la France. L’objectif est donc d’aborder des problématiques actuelles : participation et abstention, « crise de la représentation », coupure entre citoyens et professionnels de la politique, à travers une analyse de la façon donc le gouvernement représentatif s’est imposé face au principe de démocratie directe et ce que cela a impliqué en termes d’action politique, du point de vue des citoyens « de base » comme de celui des dirigeants. In fine, il s’agit de fournir les éléments de réflexion pour une critique de ce que l’on appelle – sans se rendre compte de l’oxymore – la « démocratie représentative ».

Séance 2 : La professionnalisation de la politique et la fermeture du champ politique

La professionnalisation de la politique a une histoire ancienne. C’est très progressivement que les aristocrates et notables qui dominaient traditionnellement le jeu politique se sont mués en véritables professionnels de la représentation, avant de laisser définitivement place à des hommes politiques aux compétences spécifiques, consacrant toute leur vie aux affaires publiques. C’est ce processus de professionnalisation qui a conduit à la fermeture du champ politique que nous connaissons aujourd’hui, cette coupure définitive entre simples citoyens et dirigeants.

1. La lente évolution historique de la compétition pour les postes politiques
2. La naissance de l’homme politique moderne
3. La fermeture du champ politique